Loi Texanne

La loi texane pro-vie décrite comme une "menace extrême" par la Maison Blanche.
posté le 02 septembre 2021 15:50
Une loi pro-vie adoptée au Texas qui interdit l'avortement après la détection d'un battement de cœur fœtal a été qualifiée par la Maison Blanche de "menace extrême".
En mai, le Texas Heartbeat Act, qui interdit l'avortement une fois que l'activité cardiaque de l'enfant à naître peut être détectée, a été signé par le gouverneur républicain Greg Abbott. Ce moment unique dans le développement d'un enfant peut survenir à six semaines de gestation. L'interdiction quasi-totale de l'avortement est entrée en vigueur le 2 septembre 2021.
La loi devrait entraîner une baisse de 85% des taux d'avortement, avec environ 100 bébés Texans sauvés de l'avortement chaque jour.
Dans un communiqué, l'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a qualifié la loi, qui vise à protéger certains enfants à naître, de "menace extrême". Elle a déclaré: «L'objectif du président est de réitérer notre profond engagement envers le droit constitutionnel établi par Roe v Wade… Ce n'est pas la première menace pour Roe que nous avons vue dans un État à travers le pays. C'est une menace extrême..."
Michael Robinson, directeur des communications du SPUC, a déclaré : « La déclaration de Jen Psaki, au nom du président Biden, n'était pas surprenante. Depuis son investiture en janvier dernier, la présidence de Biden a été soulignée comme étant le régime le plus pro-avortement de l'histoire des États-Unis. Biden a sans cesse cherché à mettre en œuvre des politiques et des financements en faveur de l'avortement dans le pays et à l'étranger. Il y a seulement trois mois, Psaki a également refusé de reconnaître un bébé à naître de 15 semaines comme humain.
"Il n'est donc guère surprenant que le président condamne une tentative de protéger les enfants à naître et les mères de la violence de l'avortement."
Malgré la condamnation de la présidence, des groupes pro-vie à travers les États-Unis se sont tournés vers les médias sociaux pour célébrer la loi Texas Heartbeat, qui a été saluée comme "un moment historique pour la progression des droits de l'homme".
Dans une déclaration en ligne, la Texas Alliance for Life a déclaré : « Nous célébrons la vie des enfants à naître qui seront ainsi protégés de l'avortement. Des centaines de centres de grossesse et de maisons maternelles à travers le Texas étendent leur capacité et leurs ressources pour répondre aux besoins des femmes confrontées à des grossesses non planifiées qui ont la possibilité de demander leur soutien.
"En outre, l'État du Texas a augmenté le financement du programme très réussi Alternatives to Abortion à 100 millions de dollars pour l'exercice biennal afin de fournir des services à 150 000 bénéficiaires par an."
Le Texas n'est pas le premier État américain à introduire une loi sur le rythme cardiaque. Les États américains de l'Idaho, de l'Oklahoma et de la Caroline du Sud ont tous adopté des projets de loi interdisant l'avortement après la détection d'un rythme cardiaque fœtal. Ces projets de loi ne sont pas encore entrés en vigueur.
M. Robinson du SPUC a ajouté : « Les lois, comme celle-ci, visant à protéger autant d'enfants à naître que possible peuvent être considérées comme un tremplin important pour le mouvement pro-vie. Cependant, il est toujours vital que la communauté pro-vie poursuive ses efforts pour protéger toute vie humaine dès le moment de la conception. »