Communiqué sur Inès

La loi Claeys sur la fin de vie à peine votée, une nouvelle transgression a été entérinée. Alors que cette loi instaure l’euthanasie passive sous couvert de sédation jusqu’au décès, elle était garante de la volonté du patient. C’est lui qui, de vive voix ou par des directives anticipées, décidait s’il fallait arrêter les soins dans une situation sans issue. Dans le cas d’Ines, c’est  la patiente, mineure représentée par ses parents, qui demande au contraire la poursuite des soins. Les Chrétiens Protestants et Évangéliques s’inquiètent de voir la volonté du patient respectée s’il demande l’arrêt des soins, mais déniée s’il demande leur poursuite. Ce pouvoir de vie et de mort donné aux médecins, redoutable tant pour eux mêmes que pour tout mortel, est un nouveau glissement vers l’euthanasie active. 
Les Chrétiens Protestants et Évangéliques prient pour Ines et ses parents, ainsi que pour le personnel soignant dont la tâche est difficile, mais qui est heureusement sécurisée par un garde-fou: le serment d’Hippocrate.
Ce serment n’est pas sans relation avec un garde fou plus ancien, gravé dans les Tables de la Loi écrites du doigt de Dieu.

 

Pour le CA, Dr François Volff.