La honte secrète de l'avortement dans l’église

La honte secrète de l'avortement dans l’église : Extraits

11 ans après son avortement, Selon elle c’est « un secret honteux ».

Il est difficile de discuter de l’avortement avec les personnes l’ayant pratiqué. Les activistes pro-choix et pro-avortement, attribuent cela à des anciens schémas de nos sociétés selon lesquels l’avortement serait incorrect et quelque chose de mal. Ils essayent d’enlever cette honte en défendant l’avortement, en disant que les bébés à naître ne sont pas des vraies personnes et que l’avortement est une opportunité.

Cependant dans l’église nous faisons face au défi de respecter le caractère sacré de la vie tout en prenant soin des femmes qui sont envahies et écrasées par la honte d’avoir avorté. Notre réponse n’est pas de nier le péché et la mort qui sont inhérents à l’avortement. Nous mettons plutôt l’accent sur la guérison qui peut être trouvée dans la communion fraternelle, autour de Jésus qui nous a tous rachetés du péché.

Les ministères travaillant auprès de ces personnes s’accordent pour dire que la majorité de ces femmes ne révéleront jamais leur secret. Au cours de dizaines d’interviews avec des femmes ayant avorté j’ai entendu chacune me dire à quel point elles regrettaient ce geste. Profondément traumatisées émotionnellement et spirituellement ces femmes demeurent liées par la peur et la culpabilité jusqu’à ce qu’elles trouvent un endroit pour parler et commencer un chemin de restauration.

Les responsables des ministères œuvrant auprès des femmes ayant avorté disent que les églises ne sont pas prêtes à faire face à ce sujet.

Ces réticences sont infondées devant le besoin désespéré de ces femmes après leur avortement.

« Elles ont prié pour moi et au travers d’elles j’ai expérimenté la miséricorde de Dieu. Le silence est une arme puissante de l’ennemi. C’est dans le silence que l’église demeure cachée et que les mensonges prospèrent… des mensonges qui justifient que l’on tue des enfants à naître, des mensonges qui disent que les avortements ne blessent pas les gens. »

Nous ne pouvons pas effacer le péché mais nos églises doivent être des endroits dans lesquels ces choses puissent se partager sans jugement et en sécurité. Nous ne pouvons ignorer celles qui vivent avec ces souffrances et devons leur partager que le sang de Jésus couvre tous les péchés, même les leurs.

Julie Roys

Source : Christianity Today

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie par un lien.